mardi 16 décembre 2008

Du libéralisme

En 1943, dans "Construire", André Piette écrivait ceci:
"Constater les faits et constater son moi, constater les moeurs pour suivre leur moyenne, constater les votes pour suivre l'opinion, constater les demandes pour suivre les désirs de la seule richesse... partout, en morale, en politique comme en économie, positivisme et libéralisme se sont associés non plus pour juger, non plus pour élever, non plus pour humaniser, mais pour accepter, suivre, subir....
Qu'en résulte-t'il? La science déifiée nous promettait bonheur et vérité et, science sans conscience, elle opprime corps et âmes sous les forces de la matière. Le laisser-faire des libéraux promettait abondance et harmonie et, l'économie sans norme subjugue le labeur aux forces anonymes d'un capitalisme sans visage. La Révolution promettait la liberté et la paix et, république sans esprit public, elle écrase les élites sous les forces du nombre".
Je ne sais pas ce que vous en pensez mais, 65 ans plus tard, on pourrait reprendre cet article dans les journaux de cette fin d'année pour illustrer la crise économique actuelle. C'est saisissant!
*
Source: "Dix siècles de philosophie" de Georges AMBROISE Editions de Flore 1946
*
*
video

Aucun commentaire:

Pages suivantes

Pour continuer la lecture vers d'autres billets plus anciens, cliquez sur le lien ci-dessus, à droite.