mercredi 23 novembre 2016

Madeleine BARIATINSKY

Une dame mystérieuse, dont j'ai découvert récemment la sépulture, me donne l'occasion d'apporter une note de poésie dans ce monde de brutes.
La meilleure illustration de l'émotion que j'ai ressentie devant quelques herbes folles cernées d'une simple couronne d'ardoises, me semble être cette gravure tirée d'un livre écrit par Madeleine Bariatinsky en 1943.
Nul ne savait, dans mon petit village, qui avait été enseveli dans cet endroit reculé du cimetière, sans tombeau, sans plaque, sans aucune marque.
Pourtant Madeleine ne fut rien moins que l'épouse d'Andrei Bariatinsky, l'un des petits fils du Tsar Alexandre II de Russie. Réfugiée dans mon village, pendant la seconde guerre mondiale, elle avait, semble-t-il, émis le vœu d'y reposer pour l'éternité.
Elle écrivit un livre pour les enfants, "Histoire d'Huberlulu", dont j'ai extrait la gravure ci-dessus. Je l'ai trouvé sur la toile et le lirai à mes petites filles ce Noël.
Elle fut aussi critique d'art. Le peintre Rodolphe-Théophile BOSSHART lui doit en grande partie sa renommée. J'aime beaucoup la peinture ci-dessous qui démontre la grande maîtrise de cet artiste.

Bref, je suis ravi que madeleine ait choisi mon village pour son dernier séjour et, désormais, j'irai mélanger quelques fleurs discrètes, aux belles herbes de sa tombe.

jeudi 10 novembre 2016

Morphing

samedi 27 août 2016

Ex-voto pour l'église Notre Dame de Brissarthe

La reconstruction totale de l'église Notre Dame de Brissarthe a débuté depuis deux mois. En pierres de taille et en tuffeau, cet édifice de style roman monte peu à peu ses murailles percées de portes, meurtrières et vitraux.

Il s'agit, vous l'aurez compris, d'une reproduction en "graviers" et vrai tuffeau de notre église millénaire.
Cette réalisation de longue haleine figurera dans la vénérable église, en guise d'ex-voto, offert par les donateurs à la vierge Marie pour lui demander son soutien  dans le projet de rénovation de l'édifice.

Vous pouvez d'ailleurs participer vous même à l'édification des deux "monuments" en achetant un des graviers contre la modique somme de 10€. Il  suffit de télécharger le bulletin de souscription de la Fondation du Patrimoine, de le remplir et de le retourner à
Mairie 
49330 Brissarthe  
accompagné d'un chèque à l'ordre de "Fondation du Patrimoine".

Votre don sera remis à la Fondation, pour l'église. Cet organisme vous renverra un document permettant de déduire de vos impôts 66% de la somme versée. Je vous laisse calculer le coût réel de ce geste qui permettra de redonner un toit au chœur de ND.


samedi 30 juillet 2016

samedi 18 juin 2016

Souscription pour l'église Notre Dame de Brissarthe


**
Depuis le début de 2016, la Fondation du Patrimoine abrite une souscription ouverte pour les travaux de Notre Dame de Brissarthe.

N'hésitez pas à faire bouger le compteur en effectuant un don en ligne à la Fondation. Il sera directement affecté à notre belle église.

Aujourd'hui, 18 juin 2016, ce compteur affiche:


Pourquoi ne pas faire évoluer le montant par un don en ligne immédiat.

La procédure est simple:

1) Cliquez sur cette somme ou sur ce lien et constatez par vous-même l'évolution du montant des dons depuis le 18 juin..
2) Cliquez sur le rectangle vert : JE FAIS UN DON.

3) Indiquez le montant du don.Il n'y a pas de petit don!
10 €, 20 €, 100 € ......

4) Cliquez sur DON EN LIGNE

5) Créez un compte sur  le site de la Fondation du Patrimoine en suivant les indications de ce site.

6) Validez votre don et accédez au site sécurisé de la Fondation du Patrimoine. Choix donné entre impôt sur les revenus, impôt sur les sociétés, impôt sur la fortune).

7) Voilà, c'est fait. Vous recevrez dans quelques jours une attestation qui vous permettra de déduire 66% de la somme donnée de vos impôts sur le revenu. (60% si vous êtes une société, 75% sur l'ISF)

8) Revenez sur le compteur, il s'est immédiatement incrémenté du don que vous venez de faire.

Notre Dame de Brissarthe vous remercie

NB: Vous pouvez également télécharger le bulletin de souscription en cliquant sur le lien :

Je fais un don par chèque
Télécharger le bulletin de souscription.

Visitez le site de l'Association de Sauvegarde du Patrimoine Brissarthois
en cliquent sur ce lien

vendredi 17 juin 2016

jeudi 19 mai 2016

Une troupe de brigands parcourt les rives de la Sarthe aux alentours de Brissarthe en 1813. Lettre du préfet Abdon-Patrocle-Frédéric Hély d’Oissel,


Département                                                                                                   Angers, le 21 juillet 1813

        De                                                                                Le Baron de l’Empire, Chevalier de la Légion

Maine et Loire                                                                D’honneur, Auditeur au Conseil d’Etat, Préfet du

____________                                                                               Département de Maine et Loire

Cabinet du Préfet                          

                                                                                                          A Monsieur le Maire de Brissarthe



             Monsieur,

Une vingtaine de brigands faisant évidemment partie de l’attroupement qui s’est manifesté dans le Dépt. de la Mayenne, vivement poursuivi dans ce Dépt se sont jetés dans le Dépt de Maine et Loire. Ils ont passé la nuit dernière dans la commune de Tiercé où ils ont encore été vus ce matin. On est, en ce moment à leur poursuite. Il importe que vous secondiez de tout votre pouvoir les mesures prises par l’administration pour arrêter ce fléau. Il importe surtout que tous les individus qui ont cherché à troubler la tranquillité de ce pays soient arrêtés et que pas un n’échappe aux recherches dirigées contre cette troupe.

Au reçu de la présente, Monsieur, vous réunirez le plus d’hommes que possible de votre commune. Cette garde nationale sera, par vous, établie sur la rive droite de la Sarthe et postée  aux lieux où sont établis le bourg et où se trouve des chaussées ou moulins. Elle fera de suite amener et enchainer aux lieux où sont établis les bacs et sur la rive droite, tous les petits et grands bateaux qui se trouveront exister sur la rivière et les submergera même, si elle le juge necessaire.

Des patrouilles fréquentes correspondront tout le long de la rive gauche. Vous établirez sur cette rive un corps de garde qui deviendra le point central de la force armée de votre commune. Une sentinelle y sera placée pour veiller sur la campagne et avoir l’oreille au guet afin de prévenir la troupe au moment où elle entendrait sonner le tocsin. Sur un point quelconque, à ce signal, la force armée se dirigera sur le point d’où le tocsin se sera fait entendre, en prenant diverses routes et éclairant la campagne. Tout individu non connu, armé ou sans arme, non porteur de papier en règle, sera de suite arrêté soit qu’il se prépare pour passer la rivière, soit qu’il soit rencontré par la force armée se rendant au signal.

A l’instant où vous aurez connaissance que les brigands auront mis le pied sur votre commune, vous ferez sonner le tocsin mais vous aurez soin de bien vérifier la véracité de la nouvelle qui vous en a été donnée afin de ne pas jeter l’alarme mal à propos. Les hommes de garde postés sur la rive droite de la Sarthe veilleront scrupuleusement à ce qu’aucun individu ne puisse passer sur la rive gauche. Tout individu qui se présentera sur la rive droite, soit pour forcer le passage, soit reconnu comme suspect, sera de suite arrêté. Si les brigands se présentaient en force supérieure pour forcer un passage, les postes voisins seront alertés par des coups de fusil et au signal, ils se réuniront au point attaqué. Tous les individus qui auront été arrêtés seront de suite conduits à la caserne de gendarmerie à Angers.

Je compte, Monsieur, sur tout votre zèle.  Dans cette circonstance, vous saurez profiter du bon esprit qui anime votre commune et il sera facile de persuader à vos administrés combien il est important pour eux de faire disparaître du pays ces brigands dont le séjour prolongé attirerait sur eux les plus grands malheurs. Ces mesures ne peuvent être de longue durée car, si elles n’ont pas produit de résultats d’ici à demain, il est à peu près certain qu’ils seront retournés sur le territoire de la Sarthe ou de la Mayenne, leur retraite habituelle.

Ces hommes n’appartiennent pas à ce pays et sont des perturbateurs de l’ordre public qui ne doivent supprimer aucun intérêt aux honnêtes gens et qu’il importe de poursuivre avec vigueur pour les dégoûter de venir inquiéter notre territoire. Ne perdez donc pas un instant pour prendre les mesures que je prescris et qui devront durer deux jours. Ne perdez pas de temps à attendre que tous vos hommes soient réunis. Dès que quelques hommes seront réunis, établissez d’abord de petits postes et vous les grossirez ensuite. Faites vous même la revue de vos postes, encouragez vos habitants, faites leur sentir que c’est pour leur repos même qu’on les fait agir et ne négligez rien pour que les bandits ne puissent passer la rivière sur votre commune. Je compte sur tout votre zèle et sur tout votre dévouement  Ne vous occupez pas du tout de diriger des patrouilles dans l’intérieur des terres, il y aurait confusion et peut être quelque malentendu fâcheux. Je vous demande de vous borner à bien garder les passages de votre rivière. Les colonnes que nous avons organisées pour poursuivre la bande dont on a connaissance se composent chacune de quatorze gendarmes, de quelques militaires de la compagnie de réserve et d’habitants des campagnes bien choisis dans l’intérieur des terres. Si vous aviez quelques renseignements sur la marche des bandits, il faudrait vous hâter de les transmettre par un exprès à Monsieur le Maire de Tiercé ou à la première colonne composée ainsi que je viens de vous le dire que l’on rencontrerait.

Surtout, ayez bien soin que le tocsin ne soit sonné dans votre commune que dans le cas où les bandits voudraient forcer le passage de la rivière sur votre commune et où vous ne pourriez pas vous en rendre maître. Il ne faut pas répandre l’alarme inutilement.

J’ai l’honneur d’être avec considération, Monsieur, votre bien humble et obéissant serviteur.

Signature (Abdon-Patrocle-Frédéric Hély d’Oissel )

Biographie

Armoiries Hély d'Oissel
Il entra dans l'administration sous l'Empire, qui le créa baron le 31 janvier 1810. Conseiller d'État en service extraordinaire, il fut élu, le 17 novembre 1827, député du 6e arrondissement de la Seine-Inférieure.
D'opinions constitutionnelles, il prit place au centre gauche. Il combattit le ministère Polignac, fut des 221, et obtint sa réélection comme député, le 12 juillet 1830. Hély d'Oissel applaudit à la révolution de Juillet et prit part à l'établissement de la monarchie nouvelle.
Nommé conseiller d'État en service ordinaire, il dut solliciter le renouvellement de son mandat, qui lui fut confirmé, le 21 octobre 1830. Il vota en toute circonstance, jusqu'à sa mort, avec la majorité conservatrice, et fut réélu une dernière fois, le 5 juillet 1831.
Ses connaissances pratiques dans l'administration l'avaient fait choisir au conseil d'État comme vice-président du comité de l'intérieur.
Hély d'Oissel était en outre président du conseil des bâtiments civils et du conseil supérieur de santé, et associé libre de l'Académie de médecine.


Pages suivantes

Pour continuer la lecture vers d'autres billets plus anciens, cliquez sur le lien ci-dessus, à droite.